Roman


L’URGENCE DU CHANGEMENT DANS LES TRAITEMENTS A L’OCCIDENTALE.


Cette pandémie nous révèle les lacunes et les dérives de notre système de santé. Nous devons tirer

les enseignements de notre approche occidentale dans le traitement du Covid-19 pour éviter que

les mêmes erreurs se reproduisent.

Le paradoxe de la médecine occidentale

L’évolution de la médecine moderne très récente. Elle s’est développée grâce à Pasteur et ce un triptyque magique : hygiène, vaccins, antibiotiques.

Mais à partir de cette période, la médecine occidentale à abandonner le diagnostic et la relation avec le patient, en pensant être arrivée à soigner les épidémies et virus. Sauf que cette période correspond à une évolution de la qualité de vie (eau courante, chauffage, alimentation…).

Il faut garder à l’esprit que l’organisme est potentiellement notre propre ennemi si l'on n'en prend pas soin.

Nous avons, en nous, des pathogènes avec lesquels l’on peut vivre en équilibre. C’est la notion de « porteur sain », notre corps est en mesure de faire le tri.

Mais la médecine moderne s’est focalisée sur les statistiques, les dépistages et les analyses à n’en plus finir et a perdu de vue son objectif premier soigner le patient et non la maladie.


S’intéresser au patient et non à la maladie

C’est toute la différence entre la médecine moderne et la médecine ancestrale, que l’on retrouve sur tous les continents. Elle s’est construite sur l’expérience accrue sur des millénaires et a accumulé un grand nombre des remèdes « buon fame », non pas de « bonne femme », mais de « bonne réputation ». C’est la médecine du bon sens. Et la médecine traditionnelle chinoise en est l’illustration même. Ils ont su conserver des traces d’ouvrages vieux de 3000 ans, comme le Huang Ji Nei Jing, le 1er livre qui regroupe les fondements de la médecine chinoise. Si cette médecine est aujourd’hui pertinente, c’est simplement qu’elle a su converser et enrichir cette expérience clinique au fil des siècles.


Quels enjeux sont en jeu avec la médecine moderne ?

Si en Occident, la chirurgie a fait de grands pas grâce aux guerres. La médecine s’est adossée à la chimie pour industrialiser ses remèdes afin de développer des traitements à spectre large.

Si cela a considérablement réduit son champ d’action, elle a aussi poussé la médecine dans une logique de rentabilité. On ne traite que la majorité des cas en faisant fi des minorités de cas non traités et des effets secondaires quasi-systématiques sur l’organisme. En effet, les reins et le foie n'éliminent pas ces produits chimiques, ils s’empoisonnent petit à petit.

Les produits chimiques ont pour effet d'alourdir en général, refroidissent la plupart du temps et sont trop souvent passe-partout (antibiotiques à spectre large, cortisone, anti-inflammatoires...).

Nos voisins Suisses les interdisent, les Allemands tolèrent dix fois moins de concentration que la France.

 

Pourquoi ? La réponse est glaçante : « certains médicaments rapportent 1000 fois la mise » disent les personnes qui travaillent dans ces laboratoires pharmaceutiques.

 

Le Dr Raoult, en est le détonateur. Face à l'urgence de la situation que nous connaissons, il passe au-dessus de ces considérations politico-pécuniaires, pour réagir dans l'instant et prend les autres de vitesse. Cependant, comme il le dit, ceci est une part de la réponse, à un instant donné de la maladie et de la résistance moyenne du patient, au stade là où l'attaque est moyenne. Encore une fois, il faut comprendre à quel stade en est la maladie et quel est l’état du patient. Il ne s’agit pas de donner un seul et même traitement à tout le monde.

Les stades avancés en sont l’illustration. Il n’y a pas de traitement standard, mais que du sur-mesure pour

sauver les vies.

La pertinence du traitement doit résider dans l’élaboration d’un traitement personnalisé pour chaque patient et non l’inverse.


Revenir aux fondamentaux de la médecine

Rien de tel qu'un bilan énergétique au lit du patient avec des questions et une écoute longue de ce dernier pour comprendre ses dérèglements physiologiques. Cette écoute est pour le praticien lourde et fastidieuse, en face de patients qui ne savent plus parler de ce qu'ils ont.

Cependant, pour celui qui sait écouter et qui connait les différents paramètres qui aiguillent sur le type de dérèglement comme : l’accélération du métabolisme donnant des échauffements, ou le ralentissement donnant du froid. Savoir identifier le terrain où va se situer le combat et les forces multiples en présence : les différents niveaux pénétrations de la maladie et de ses agents pathogènes (du plus superficiel au plus profond) et le niveau de résistance de l'individu en face de nous (l’énergie vitale, le sang, les liquides physiologiques).


Savoir bâtir une vraie stratégie

Aucun laboratoire ne suit sur ce terrain précis, il faut aller chercher soi-même l'information pour la transformer en réponse. Cette stratégie consiste à repousser l'intrus vers l'extérieur selon la porte de sortie la plus proche par le biais de la transpiration (sortie au niveau de la peau pour les maladies en superficie), de la purgation (pour les maladies situées dans l’interne) ou encore la vomification (plus rare de nos jours).

Cela peut se faire à partir d’un diagnostic poussé et personnalisé et d’un traitement sur-mesure basé sur près de 5000 produits en médecine traditionnelle chinoise (vs 50 produits en médecine occidentale répertoriés par l'OMS). C’est un apprentissage de longue haleine mais qui est à ce jour, le support idéal pour s'opposer à l'attaque des agents perturbateurs.

La réponse sanitaire doit être également plus globale pour être efficace : traitement par les plantes étant le socle, mais également une alimentation adaptée et différente selon les réactions du sujet, une gymnastique quotidienne (Qi Gong), la stimulation des points du corps (acupression). On peut soigner avec des moyens simples quand on connait la réponse à apporter. L’idée centrale étant de faire circuler les blocages.


Un appel à la sagesse et à la raison

Si j’écris aujourd’hui, c’est parce qu’après 40 ans de pratique dans le milieu médical, je constate avec effroi que le bon sens est combattu et affublé de superstition de « marabout ».

Car l'argent à court terme n'y trouve pas son intérêt. Le marabout n'a pas toujours su transmettre, car mal écouté, parfois des connaissances tronquées, des périodes d'ignorance et de mauvaises transmissions. Mais au lieu d'épousseter inlassablement les pierres des vieux temples, si l'on faisait un débroussaillage d'anciens ouvrages médicaux et qu’on tentait de les comprendre le monde se porterait mieux.

On a du pain sur la planche pour changer nos modes de pensée : l'adaptation doit être anticipée et la réaction d'autant plus rapide que l'agresseur est fort. La lourdeur administrative n'est plus de mise, il ne suffit pas de se cacher derrière des masques !

 

Va-t-on faire cela tous les ans ?

 

M. Le Président, la médecine Occidentale a des limites qui aujourd’hui nous éclatent à la

figure. Il est temps de changer son fusil d'épaule pour travailler plus en profondeur, plus

difficilement, réfléchir avec les voies déjà tracées de la Médecine traditionnelle Chinoise.


Laurent Baladi

Praticien en médecine traditionnelle chinoise - phytothérapie et acupuncture

Kinésithérapeute et ostéopathe